16 janvier 2018

Retour aux sources (1)

Premier article de 2018. J'espère que ce début d'année se passe bien pour vous ! De mon côté j'ai déjà eu le temps de tomber malade deux fois et de faire, pour la première fois de ma vie, une grosse réaction allergique... Je trouve ça assez drôle et ai décidé de le prendre comme un signe positif aha

Je suis de retour de mon petit voyage aux Antilles depuis environ une semaine et je voulais partager mes quelques photos avec vous.

Pendant mon voyage, je suis allée à Saint-Martin et en Martinique pour passer les fêtes avec ma famille. Cela faisait environ 1 an et demi que je n'étais pas retournée à Saint-Martin et 4 ans presque 5 pour la Martinique. C'était aussi la première fois en 4 ans que je passais les fêtes de fin d'année avec mes parents. Mais après le passage du cyclone Irma en septembre, il nous semblait important de nous retrouver cette année.

Je parlerai de Saint-Martin dans un prochain article, histoire de bien réfléchir à la façon dont je veux le faire.


Quand j'étais enfant c'était souvent en Martinique que je passais mes vacances. À chaque fois que je me rends sur cette île, les souvenirs affluent. Je lis des pans entiers de mon enfance dans la végétation luxuriante, dans l'odeur si caractéristique laissée par la pluie abondante et l'herbe fraîchement coupée, dans le son assourdissant des criquets, dans les maisons de mes grands-mères et dans les visages vieillies des membres de ma famille.

C'est toujours un sentiment étrange de revenir sur cette île et de voir tout ce qui a changé. J'ai l'impression que c'est une éternelle confrontation, comme si quelque chose en moi c'est à jamais figée sur l'image de l'île que j'ai connue enfant.

Beaucoup de plage. J'ai un peu bronzé.

Mon thé du matin, Youtube, mon roman, le pépiement des oiseaux


En Martinique tout semble toujours pareil, et en même temps, tout est toujours complètement différent. C'est un petit détail, un bâtiment, une personne disparue pour toujours, une naissance. Il y a toujours un quelque chose, une dissonance, même si d'un coup d'oeil, tout paraît suspendu.


Fort-de-France


Il pleuvait tous les jours, toutes les heures

 
L'adorable chienne fer de mon oncle




Sur la table ma boisson préférée : le jus de prune de cythère. 

Mon uniforme estival

Je prépare une vidéo pour ma chaîne Youtube sur mon voyage incluant beaucoup plus d'images de la Martinique. Je la posterai probablement dans le courant de cette semaine, donc restez aux aguets ! :)

Bisous,
M.

31 décembre 2017

Au revoir 2017


J’écris cet article, assise au bord d’une piscine sous un ciel piqueté d’étoiles. Au loin, Fort-de-France s’étend tel un lit de lumières, et un phare palpite, m’éblouit par intermittence. Le bruit du vent dans les frondaisons de ce jardin suspendu dans la nuit et le chant tonitruant des criquets. 

Il y a quelques minutes à peine, ma grand-mère m’a appelé ici pour assister au feu d’artifice qui se déroulait dans la distance. Je l’ai observé, émerveillée, les pieds nus dans l’herbe froide. Des lumières rouges, jaunes, vertes, orange et roses au-dessus de la mer sombre. Un avion a plusieurs fois survolé la scène et j’ai imaginé la joie des passagers face à ce spectacle innatendu, puis j’ai pensé à cette année sur le point de s’achever.

De 2017 je ne me souviens que de quelques instants, comme si la bobine a été abîmée. Mais c’est des souvenirs extrêmement précis, que les paupières closes, je peux redécouvrir dans toute leur intensité.

Le premier jour de l’année passé dans un Parc Lafontaine enneigé, la tête bourdonnante d’un vague relent de gueule de bois. Le ciel, d’un bleu stupéfiant. Il y a eu du A&W grignoté sur des tables graisseuses, une conversation sur les origines du mot « assassin ». Plus tard – beaucoup plus tard --, il y a eu de la galette des rois achetée en ravalant mes larmes, le soleil dans les yeux.


I’m a barby girl au Sky, la musique dans mon estomac, et les sourires par à-coups, perdus dans les lumières stroboscopiques. Et puis Montréal sous un autre angle, sous le vent glacé d’un hiver qui s’achève.

Je me souviens de mon voyage en France en solitaire, le premier de ma vie entièrement payé de ma poche. Il y a eu les retrouvailles avec mes amis d’enfance après plus de cinq ans de séparation, l’interminable brunch avec ma famille, Tokio Hotel et la réalisation de ce rêve d'ado, une folle course dans les rues de Lyon sous une pluie aveuglante. La brume du décalage horaire, le premier débat des présidentielles à la TV, mon train puis mon avion raté, le sentiment de rentrer à la maison en voyant les toits enneigés du Canada sous les ailes de l’avion.


Je me souviens des deux heures de queue sous une pluie fine et glaçante pour aller voter, de mes mains engourdies quand j’ai signé mon nom dans le registre pour la première fois de ma vie. Des conversations sur les gauches, sur un certain écrasement politique, sous un pont montréalais après avoir marché l'équivalent de cinq stations pour ne pas payer le métro.

Je me souviens du Canada Day à Ottawa, des rues bouchées par la foule rouge et blanche. Avancer au milieu des touristes peinturlurés des couleurs du pays à la feuille d’érable, se réfugier dans le musée des beaux-arts après avoir salué Mommy toujours fidèle à elle-même devant les portes. Et puis trimballer sous l’averse des bouteilles de sprite et de vodka pomme jusqu’à Gatineau, y rester coincée à cause des festivités et regagner la capitale à pied, sous un long et majestueux feux d’artifice.

Écrire tout l’été, puis tout l’automne. Dans mon lit, au boulot, sur les tables des cafés, et pleurer en lisant les commentaires, les imprimer pour pouvoir les relire encore et encore. 

Lire pour repousser l'angoisse. Essuyer mes larmes en lisant Murmures à la jeunesse, penser "un jour j'écrirai comme ça" en avalant les Noces de Camus, noyer le stress en dévorant Dabos, chercher une sorte d'ultime vérité en redécouvrant Pullman... Sentir plusieurs fois, au fond de mon estomac, cette indescriptible chaleur, cette envie de leur donner le monde ; aimer, aimer, aimer.

Marcher la Color Run. Traverser la ville à vélo, debout sur les pédales, puis manquer de perdre connaissance et respirer sous un ciel bleu, bleu, bleu, Boy’s Life dans les oreilles. Manger à Juliette et Chocolat avec ma mère. Aller travailler sans avoir de nouvelles de mes parents le lendemain d’Irma, rafraîchir Facebook et voir défiler les photos de l’île dévastée, attendre, rassurer tout le monde, attendre.


Et puis déjà c’est la fin de l’année. Travailler, jour après jour, ne plus savoir quelle vie mener, réfléchir, hésiter, attendre, repousser. Un automne terne et une neige qui ne vient pas. Passer la nuit à l'hôpital, somnoler entre nuages de morphine et insupportables crises de douleur, pleurer dans une salle d'attente. Être déçue par Star Wars, gagner 1 an en regardant Card Captor Sakura au fond de mon lit, parler d’hémorragie rectale et de Rian Johnson après un shot de rhum, attendre dans un arrêt de bus à -20, les pieds comme brûlés à vif, tituber le lendemain entre Montréal et Atlanta, sous une pluie verglaçante puis dans une chaleur moite.

Arriver ici.


2017 fut une année étrange, pleine de décisions casse-cou, de ratages, de chairs de poule, d’écriture. Cette année j’ai essayé d’arrêter de parler et de faire, et si vers la fin, j’ai repris ma mauvaise habitude de beaucoup rêver au lieu d’agir, je me suis quand même plutôt bien tenue à ma résolution dans l'ensemble. Pour 2018, je veux donc poursuivre sur ma lancée, étouffer la peur, aller au-devant de mes ambitions avec force et résilience.


À quoi ressemblait 2017 pour vous ? Quelles sont vos résolutions pour la nouvelle année ?


En espérant que vous passez tous une excellente fin d'année et en vous souhaitant à tous bonheur, prospérité et succès en 2018 !

Bisous,
Mélodie

22 décembre 2017

Playlist | Décembre 2017


J'avais prévu de faire cet article en vidéo, mais malheureusement ces derniers jours j'ai eu très, très peu de temps à accorder à Vlogmas. Je prends l'avion demain et j'ai un million de choses à planifier et à faire pour préparer ce voyage. Du coup Vlogmas a perdu quelques échelons dans ma liste de priorités, mais je vais m'efforcer de quand même poster une vidéo le 24 ou le 25 (ou les deux, qui sait :P).

Voici donc la liste des morceaux que j'ai écouté ce mois-ci ! Vous constaterez que cette playlist est la plus courte de toutes celles que j'ai faites jusqu'à maintenant et c'est simplement parce que j'ai été tellement occupée que je n'ai pas eu le temps de chercher de nouveaux artistes/morceaux à écouter oups. J'espère quand même qu'elle vous plaira !

J'ai essayé de glisser quelques chansons de Noël, en vain. Je n'en écoute littéralement aucune parce que je n'aime pas ça aha


Détails des morceaux


1) Foolish Things de Darren Criss

J'ai brièvement parlé de la sortie du nouvel EP de Darren Criss dans ma playlist du mois d'octobre, et donc sans grande surprise, on retrouve dans celle-ci mon morceau préféré dudit EP.

Foolish Things, c'est 4mins de bonheur. C'est un piano survolté, des cuivres (!!) un rythme entraînant, un artiste qui n'hésite pas à jouer avec ses instruments pour obtenir quelque chose de différent. C'est des paroles mignonnes qui parlent à  tout le monde et qui font sourire, c'est un refrain que tu te mets à chanter  à tue-tête dès la première écoute. Bref, Foolish Things ce n'est pas exceptionnel mais qu'est-ce que ça fait du bien.


 2) Fireworks de First Aid Kit

Je meurs d'impatience. J'ai si hâte d'entendre le nouvel album de ce groupe. Chaque nouveau morceau me rappelle pourquoi je les aime et nourrit mon excitation.

Fireworks me fait penser aux vieux slows des années 90 et 2000. C'est un morceau assez lent et mélancholique, dans lequel j'ai l'impression que les filles testent de nouvelles choses au niveau des harmonies et que ça marche très, très bien. Et quelle beauté dans cette phrase : Why do I do this to myself every time?


3) So long Marianne de Leonard Cohen chanté par Aurora

J’en ai parlé brièvement dans l’une de mes première vidéos Vlogmas, mais au-début du mois je suis allée à une nocturne du Musée d'art contemporain de Montréal. Il y avait toute une exposition sur Leonard Cohen et dans une salle, il était possible de s’allonger au sol pendant que des reprises de Cohen étaient diffusées par des speakers. C’était hyper reposant.

Aurora faisait partie des artistes qui reprenaient Cohen, et en cherchant son morceau, je suis tombée sur celui-ci. Beaucoup des chansons et reprises d'Aurora me mettent les larmes aux yeux (j'ai fondu en larmes à son concert face à sa reprise de Life On Mars) et ce morceau n'est pas en reste. C'est si beau que s'en est indescriptible. Cette fille a vraiment une voix magique.


4) Everybody Wants de Half Moon Run

Vous allez me dire, encore une chanson déprimante ? aha.

Everybody Wants est une chanson que je connais depuis super longtemps, mais sans raison, je l’ai beaucoup écouté ces dernières semaines. Je ne sais pas si la période de l’année m’y fait penser ou si elle convient juste tout simplement à ce moment dans ma vie. C’est une très belle chanson avec des paroles qui me parlent toujours beaucoup. La fin quand l’instrumentalisation et la voix montent en puissance me donne toujours la chaire de poule.


5) burned out de dodie 

Une artiste que je suis sur Youtube depuis presque quatre ans (cinq ?) déjà et dont la plupart des chansons ne manquent jamais de m'émouvoir. Il m'a fallu écouter burned out une troisième fois, dans une rame de métro déserte, la musique à fond, recouvrant les bruits ambiants, pour vraiment en saisir les paroles et la force.

C'est une chanson pénible à écouter tant l'artiste y est honnête et vulnérable. Je ne sais pas si c'est parce que je connais dodie depuis plusieurs années qu'elle me touche autant. Ou si c'est simplement le morceau. Les jolies paroles, le piano, la voix toute douce de dodie qui se brise quand elle dit :

“But they love you!” over and over “they love you!”
Thousands and thousands of eyes just like mine
Aching to find who they are



 6) Snow de Sleeping At Last

Bon allez, une petite chanson de Noël pour finir. C'est la seule que je peux écouter en boucle sans avoir envie de tuer quelqu'un.


N'hésitez pas à me recommander des artistes dans les commentaires ! :)